Ce qui a changé ma vie…

J’ai toujours été très touché par l’humanitaire. De près ou de loin, j’ai plusieurs fois aidé à Genève pour des associations tel que le samedi du partage ou bien encore préparer des repas pour des sans abris. Mais j’avais besoin de plus. A ce moment-là, j’étais la présidente d’une association pour les élèves de l’ECG Henry-Dunant, SOLFERINO . Cette association organise depuis plusieurs années des voyages humanitaires. Depuis 2011, c’est au Kenya que ça se passe. Construction d’un centre de formation professionnel, aide aux communautés locales, soins médicaux, Inutile de vous dire que mon envie de partir était grande…

Dès que j’ai appris ce projet (c’était en 2013) je n’avais qu’une envie, c’était d’y aller! Mais pour x raisons je n’ai pas pu cette année la.. J’ai donc redoublé d’effort et de volonté pour partir l’année d’après. C’était pas gagné, mes parents étaient contre cette idée, alors je me suis investie à 1000%. Je passais beaucoup de temps pour faire des ventes de pâtisseries pour récolter des fonds, récupérer des jouets et des vêtements pour emmener sur place. J’ai participé au demande de fond dans les communes, plus de 150 lettres envoyés… Petit à petit le temps passe et le voyage se rapproche. Date du départ 20 JUILLET 2014. Nous sommes mi-mars et je sais enfin que je peux partir! Malgré l’avis de mes parents… Ma motivation est la. Alors on continue, les lettres, les ventes de pâtisseries, les récoltes on lâche rien!

Quelques semaines avant le départ, on commence à faire les cartons. On trie les vêtements par âge, on met quelque jouet et autres objets utiles pour la bas et on boucle tout. Je ne pourrai pas vous dire combien de cartons nous avons fait, mais en tout cas beaucoup!

Une semaine avant de partir, j’apprends que ma meilleure amie vient avec nous pour cette incroyable aventure.

J-1, rendez-vous à l’aéroport pour enregistrer les cartons et tout le matériels pour la construction là-bas. Cette nuit la, impossible de dormir, j’étais tellement excitée mais en même temps si stressée, sûrement la peur de l’inconnu…

Dimanche, rendez-vous à 13h à l’aéroport. C’était le moment, je ne pouvais plus reculer. On dit au-revoir à nos familles, on se promet de se tenir au courant le plus rapidement possible et hop on s’en va pour le checking. 14h. notre avion décolle. Direction LE CAIRE pour une première escale. Nous sommes arrivés vers les 21h. Juste le temps de faire un petit tour dans les duty free et nous voila repartis pour NAIROBI. Il est 22h et nous avons 6h de vol encore… ça devient long, heureusement que c’est un vol de nuit. Nous sommes arrivés dans les alentours de 5h (je pourrai même pas vous dire exactement l’heure nous étions tellement fatigués…) Nous déchargeons tous nos bagages plus les cartons dans un petit camion qui partait directement à notre hôtel. Nous, nous sommes partis prendre les tickets d’avion pour notre dernier voyage avant la destination finale. Il est ~ 6h du matin nous prenons le petit avion ( 40 places à peut près) il bougeait dans tous les sens. En plus il passait sur le lac Victoria.. comment vous dire que j’étais pas rassurée..

8h enfin nous atterrissons à l’aéroport de Kissumu, non ce n’est pas encore finit, il nous restait 1h30 de voiture.. Aller hop on embarque dans nos petits bus. On essaye d’admirer le paysage entre la fatigue et l’excitation. On s’imagine tellement de choses, on se dit  » ça va être comme à la télé » Et puis tu vois un truc qui te choque, et puis un autre et encore un.. au final non c’est pas comme à la télé, c’est pire. Tu vois, tu entends des choses qui ne sont pas humaines, tu te dis en 2014 il y a encore ça ?

Nous avons fait la rencontre du staff de RAFIKI ( le centre de formation professionnel ) Comment mettre des mots sur des personnes aussi extraordinaires ? On ne peut pas. Ils sont d’une générosité sans fin. Plus d’un millier d’enfants et leurs familles sont bénéficiaires de l’aide de Rafiki. Nous avons commencé à  » travailler  » le jour même. Il y avait trois groupes : SANTE, DROIT DE L’ENFANT ET SITE (construction). Je faisais partis du groupe  » droit de l’enfant » Nous sommes partis chez une famille, ou plutôt chez une  » mama  » ( grand-mère) pour l’aider à enlever les grains de mais et les faire sécher. Quand j’ai vu qu’elle faisait la récolte à la main je me suis dit  » whaou » et il y en avait énormément.. Je peux vous dire qu’à la fin de la journée mes doigts étaient en feu.. C’est la qu’on se rend compte de la chance qu’on a d’avoir des machines qui fait tout à notre place… Cette récolte devait lui tenir 6 mois, et ben d’un coup je me suis dis qu’elle ne tiendrait jamais 6 mois avec ça, elle n’était bien-sur pas toute seule , elle élevait ses petits enfants. C’est courant là-bas, il y a énormément d’orphelins.. 9/10 personnes sont atteintes du sida, les parents décèdent souvent très jeunes, laissant 2,3,5 enfants derrière eux..

Ce soir la en rentrant, nous sommes passés par un petit village  » Bondo  » il y avait une petite supérette, avec pleins de bonnes choses. Nous avons donc acheté tout ce qu’il nous fallait et au passage je me suis acheté un cahier. J’avais besoin d’écrire mes journées, mes émotions et mon ressentis. C’était dur de l’exprimer alors je l’écrivais.

Je vais vous raconter une journée assez marquante.

 » Samedi 26 juillet 2014: PSS CENTER. Réveil un peu plus tôt que d’habitude, car nous devons être à 8h30 à Rafiki pour que l’on nous explique ce qu’on allait faire dans les PSS CENTER ( centre psycho-social). Arrivé à rafiki Steve nous explique que nous allons être repartis dans 6 centres différents. Avec Hoda, Solène, Laure, Arnaud, Emna et Bilal nous sommes partis à Lusy, juste à côté du centre rafiki. Cette fois-ci ce n’était pas des élèves mais des enfants du village, plus petits que les autres. Une fois arrivé, ils nous ont accueillis en chanson. Après nous nous sommes présentés, puis les responsables nous ont décrit les différentes activités que nous allons faire durant la journée. Il y avait : modeling ( top model femme/homme), dance traditionnelle, football, poème et impro. Je suis d’abord allée voir le modeling garçon. Il faisaient genre les  » warrior »  » c’est moi le plus fort  » et les filles en mode petites princesses, c’était drôle. A ce moment-là, Vincent, un grand frère, 16 ans, m’a fait découvrir plusieurs autres postes. Il se souciait beaucoup de ce que ressentait les enfants, c’était très touchant.

Ensuite, les mama m’ont appelés pour faire la cuisine. J’ai coupé du choux, remué les haricots et le maïs. Les plus petits avaient de la bouillie  » porridge  ». Les grands avaient le choux avec les haricots et le maïs. C’était leur seul vrai repas de la semaine. Ils étaient 297. Je les ai servis et à la fin j’ai pris une petite assiette. Juste avant ça je faisais des bulles de savons et les gamins étaient tellement heureux, c’était fou de les voir comme ça. Lorsque je faisais un petit tour, une petite fille est venue vers moi et m’a pris la main. Elle me souriait, alors je lui est demandé comment elle s’appelait et elle m’a dit  » Mary » elle était si mignonne.. Je suis restée un moment avec elle. Après qu’elle ait finit son assiette, j’ai pris la mienne que je n’avais pas mangé, c’était beaucoup trop dur de savoir que ce repas était probablement le seul bon de leur semaine.. J’ai donc donné mon assiette à un petit et je suis allée voir ma petite protégée. Elle était avec d’autre petites filles. L’une d’entre elle avait un bidon remplis d’eau gris/vert, et quand j’ai vu ça.. j’ai prié pour que ce ne soit pas de l’eau qui venait d’un étang sans avoir été  » nettoyé » ( bouilli). Après je suis restée toute la fin d’après-midi avec Mary dans mes bras. Je ne pourrais même pas vous dire son âge.. 6,7 ans ? Je ne sais pas, en tout cas elle restera à jamais gravé dans mon cœur.

Après nous sommes rentrés à pied à rafiki avec certains enfants, on a pu encore jouer un petit moment avec eux. Après nous avons pris notre bus et nous sommes rentrés à l’hôtel. C’était une belle journée pleine de joie et d’émotion. Le soir au bord du feu, nous avons fait un petit debriefing de la journée et nous sommes partis nous coucher. »

C’était une des plus belles journées que j’ai pu passer, mais surtout la plus enrichissante, et celle qui m’a appris le plus de choses.

Je pourrais encore écrire des lignes et des lignes, mais les mots ne sont pas encore tous la, après deux ans je ne pourrais pas décrire ce que ce voyage m’a apporté. On ne peut pas forcément mettre des mots sur ce qu’on a vu ou appris, l’expérience parle d’elle-même. Toutes les personnes que j’ai pu côtoyer durant ce voyage, resteront à jamais gravé dans ma mémoire. Mon plus grand souhait et d’y retourner, de tous les serrer dans mes bras, leur dire que je suis revenue et que je ne les ais pas oublié.. J’ai besoin de me rassurer et de me dire qu’un jour j’irai les revoir, c’est comme un besoin, comme ci j’avais pas finis ce que je devais accomplir en allant là-bas.. Je pense que les photos témoigneront à ma place sur certains moments forts. Je les remercies tous, que ce soit les plus petits pitchounes que j’ai pu voir, à la grand-mère qui s’occupait de sa petite fille handicapé et sa fille née d’un viol… Ils m’ont apporté tant de choses inexplicables, mais surtout sans prix. Leurs sourires, leurs remerciements valent tout l’or du monde. La seule chose que personne ne pourra leur enlever c’est leur volonté et leur bonne humeur malgré les atrocités que la vie a pu leur offrir..

J’ai sûrement encore pleins de chose à apprendre, et le Kenya ne m’a pas totalement changé. Mais, je vois les choses différemment, sous un autre angle. C’est la plus belle expérience humaine que l’on puisse faire. Je conseil à toutes les personnes qui souhaite faire ce genre de voyage, pour des raisons personnelles, ou simplement l’envie d’aider les autres, faites. Faites le, vous n’aurait aucuns regrets.

SHARE

Laisser un commentaire